Latin America and Caribbean

This category contains 228 resources

Control of bovine trypanosomosis in Bolivia: fly avoidance strategies

Mechanical transmission by tabanid flies, especially Tabanus occidentalis is likely to be the principal method of transmission for trypanosomes in Bolivia. Control regimes based on fly avoidance strategies in particular could result in a significant reduction of the direct effects of tabanid flies, and eventually, of transmission risk.

Fabrication d’un cérificateur à vapeur artisanal

La cire est un produit de la ruche obtenu soit par récupération des vieilles cires lors du changement des cadres usés soit par les opercules lors de la désoperculation des cadres de miel lors d'une récolte. La cire est produite par les jeunes abeilles chargées des travaux de la construction au sein de la ruche. Pour assister le travail des bâtisseuses, l'apiculteur peut insérer des cadres garnies avec de la cire gaufrée ou déjà bâtis. Ce procédé permet aux abeilles de gagner du temps. Pour obtenir de la cire gaufrée il faut extraire la cire, la fondre et ensuite la gaufrer. Cela peut se faire avec la cire produite par l'apiculteur mais aussi avec celle achetée à une autre producteur apicole. Le mieux est de toujours s'assurer de la provenance de la cire, de connaître le rucher d'où elle vient, les procédés de transformation qu'elle a subit, etc... Il est important de connaître ces éléments car la cire va constituer la structure au sein de laquelle seront élevées les larves de toute la colonie, ce sera également le premier contenant du miel. Ainsi une cire contaminée, par exemple avec des traitements chimiques, sera directement en contact avec du couvain et du miel qui à leur tour s’imprégneront de ces contaminants. Cela peut notamment entraîner des problèmes pour les consommateurs, c'est pour cela qu'il est important d'utiliser des cires de provenance connue et produite en suivant de bonnes pratiques.

Les Techniques d'Agriculture de Conservation dans les zones rurales d'Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

L'application des techniques d'agriculture de conservation répond à une nécessité d'apporter des réponses pratiques à la dégradation des sols, la faible fertilité des sols, et à la protection des bassins hydrographiques de la zone considérée. Les objectifs de cette technique sont de conserver, d'améliorer et de faire un usage plus efficient des ressources naturelles à travers la gestion intégrée des sols, de l'eau et d'autres ressources disponibles. Cette fiche technique décrit les trois principes de l'agriculture de de conservation en réponse à l'adaptation à la sécheresse, aux changements climatiques en particulier aux variations de la température et de la pluviométrie. Sa principale caractéristique est la régénération des sols plus rapide de sorte que l'intensification de la production agricole soit économique, écologique et socialement durable. Elle repose sur trois principes de base:

  1. La rotation ou association de cultures
  2. Le zéro labour ou labour minimal
  3. La couverture permanente du sol

Método del cultivo hidropónico simple no circulante para vegetales

El presente documento es una traducción de la versión original en inglés (http://teca.fao.org/read/8825). El cultivo hidropónico es el método más común de cultivo de plantas agrícolas sin tierra, que incluye el cultivo de plantas sobre un sustrato o en un medio acuoso con raíces desnudas. Los métodos hidropónicos no circulantes, sobre todo, no requieren electricidad ni una bomba. Con el método presentado en este documento, se puede cultivar todo el cultivo con sólo una aplicación inicial de agua y nutrientes. No se necesita agua o fertilizantes adicionales. Normalmente, el cultivo termina cuando la mayor parte de la solución nutritiva esté consumida. Este documento proporciona dos detalladas descripciones paso a paso de kits del cultivo hidropónico simple no circulante para el cultivo de hortalizas a pequeña escala, uno para vegetales de ciclo corto (por ejemplo, lechuga o kai choy) y otro para hortalizas de ciclo largo (por ejemplo, pepino o tomate).

Systèmes de plantation et de gestion durable de lots boisés en Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

La mise en place de lots boisés consiste à repeupler d'espèces arborées un site donné. En plus de son intérêt économique pour la production de bois et l'aménagement paysager ou récréatif, le lot boisé constitue une stratégie de lutte contre l'érosion. Il a pour rôle essentiel d'augmenter la couverture protectrice des terres et de réduire l'impact des gouttes de pluies sur le sol de même que le ruissellement de surface.

La stratégie de mise en oeuvre des lots boisés doit s'intégrer dans une politique d'aménagement qui promeut autant la gestion durable des sols que l'amélioration des conditions de vie et de revenus des populations locales. Il est crucial que les populations bénéficiaires participent à toutes les opérations de réhabilitation et de développement afin qu'elles se responsabilisent dans la gestion et la protection des ressources naturelles. 

Cette fiche technique explique:        

  • la démarche de mise en place de lots boisés;
  • l'importance de l'arbre dans la protection de l'environnement;
  • les interactions du lot boisé avec l'environnement;
  • les facteurs intervenant dans le choix de l'emplacement du lot boisé;
  • le choix des espèces en fonction des zones à reboiser.

Plantation de rampes vivantes en courbes de niveau dans les zones de pente en Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique:  le contenu est sous révision et pourrait être modifié.  La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

Les rampes vivantes sont des bandes relativement étroites (environ 30 cm) de végétation pérenne (herbacée ou ligneuse) plantées en courbe de niveau sur les versants cultivés.

Deux principaux types de rampes vivantes peuvent être utilisés pour la conservation de sols en Haïti. Si la végétation implantée est essentiellement herbacée, on parle de bandes enherbées, alors que les haies vives sont constituées d'espèces ligneuses.

L'emploi de ces différents types de rampes vivantes est fonction de la disponibilité en semences, de l'utilisation de l'espace (pastorale, forestière ou agricole), de la profondeur du sol, de la présence ou non d'animaux sur les exploitations agricoles, etc.

Cette fiche technique explique:

  1. La démarche générale à suivre pour la mise en place des rampes vivantes;
  2. Les espèces utilisées pour la réalisation des rampes vivantes; Les avantages pratiques découlant de la mise en oeuvre de cette technique.

Cultures intercalaires, cultures en couloirs et barrage de haies, pour la protection des sols contre l'érosion.

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

La surexploitation de la végétation et la réduction du temps de jachère ont fragilisé les sols superficiels et donné naissance au ruissellement. Les haies vives, structure végétale linéaire associant arbres, arbustes et arbrisseaux, sont entretenus pour former une clôture entourant une unité foncière, ou pour constituer un abri à une faune locale et une flore spécifique formant un biotope particulier. Cette fiche technique explique les avantages à tirer de l'exploitation des terres en plaçant les espèces à cultiver en couloirs de manière à réduire au mieux les effets désastreux liés au passage des vents et aux effets néfastes des précipitations et l'érosion des terres en pente. Cette pratique favorise une meilleure circulation au niveau des parcelles en ce qui a trait aux soins à donner, à l'entretien des parcelles et même jusqu'à la récolte.

Techniques de mise en oeuvre des systèmes agroforestiers en Haiti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

L'Agroforesterie englobe les systèmes d'utilisation des terres dans lesquels les arbres et les arbustes sont volontairement cultivés, en association avec les cultures saisonnières ou pérennes, sur des terrains utilisés pour la culture et/ou l'élevage. Les systèmes agroforestiers sont donc très variés. Des exemples communs en Haïti sont la plantation de ligneux sur les terres cultivées, le brise-vent, notamment le rideaux-abris et la plantation d'arbres de lisière.

Le niveau de conservation de la biodiversité au sein des systèmes agroforestiers est remarquable. Les études comparatives de la biodiversité végétale en agroforesterie et dans les forêts primaires montrent que globalement l'agroforesterie permet de conserver 50% de la biodiversité forestière végétale et animale.

Les systèmes plus connus sont:

  • l'agrosylviculture, qui désigne les systèmes d'association de l'agriculture et de la foresterie; 
  • le sylvopastoralisme, qui combine la production forestière et l'élevage;
  • l'agrosylvopastoralisme, quant à lui, est une combinaison de la production agricole, la production forestière et la production animale.

C'est un système qui peut être utilisé pour réduire les effets des éléments sur les sols, qui aide à rétablir la fertilité des sols, pour réduire la vulnérabilité face aux changements climatique. Il constitue un modèle original et efficace de gestion durable et rentable des ressources forestières, entièrement imaginé et pris en charge par les populations locales. L'agroforesterie est plus qu'une collection de ressources génétiques.

L'agroforesterie favorise également la capacité des sols à contenir l'eau des pluies. Pour tout utile qu'elle soit au oeur du défi de la gestion de l'eau, l'agroforesterie n'est pas un remède miracle. Elle doit être couplée à d'autres techniques permettant de capter les eaux de ruissellement à l'instar des cultures associées, en travers de pentes ou encore les structures antiérosives. La combinaison étudiée de ces différentes méthodes contribuera à renforcer la résilience des surfaces agricoles aux vagues de sécheresse.

Cette fiche technique décrit: 

  • L'importance d'un système d'agroforesterie dans la gestion de l'eau, la lutte contre la sécheresse, l'adaptation aux changements climatiques et le maintien de la biodiversité;
  • Les différents types de systèmes agroforestiers rencontrés en Haïti;
  • Les techniques de mise en place d'un système agro-sylvicole;
  • Les contraintes à l'application de la technique.

La construction des citernes en plaques de béton pour l’usage domestique et la production maraichère en zones de montagnes humides, Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique:  le contenu est sous révision et pourrait être modifié.  La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

Le manque d'eau est une contrainte importante pour les populations de montagnes humides en l'Haïti  Le stockage d'eaux de pluie offre une solution aux grands problèmes de sécheresse prolongée et de manque d'eau extrême confrontés par les communautés des zones de montagnes humides pour la consommation, ou pour l'usage domestique.

Les citernes en plaques de béton sont un type de citerne cylindrique semi-enterrée qui a été mis au point par des maçons du nord-est  semi-aride du Brésil et s’est étendu dans toute la région de l'Ouest et du Sud Est de l'Haïti. La durabilité et leur coût modeste font d'elles des constructions adaptées pour le captage et le stockage des eaux de pluie spécialement dans les zones montagneuses et rurales sèches où les habitats sont très dispersés. La citerne recueille toutes les eaux des pluies qui tombent sur les toits des demeures situés autour de la citerne qui sont connectées à la citerne.

La quantité réduite de matériaux utilisés et l'importance des travaux manuels non spécialisés font également de ce type de citerne un investissement adapté aux situations des plus pauvres.

Cette fiche technique explique en détail toutes les instructions nécessaires à la construction d’une citerne en plaques de béton.

Les Techniques d'Agriculture sur Terres en Pente (TATP) en Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique:  le contenu est sous révision et pourrait être modifié.  La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

En Haïti, selon les rapports du  Ministère de l'Environnement, la dégradation des sols sur les montagnes due à l'érosion affecte 90% des terres cultivées en amont comme en aval. Dans ce contexte où les terres en pentes sont érodées il est nécessaire d'introduire de nouvelles technologies et pratiques agricoles appropriées pour freiner ce processus. Les techniques agricoles pour les terres en pente (TATP) sont un ensemble de technologies proposées pour la conservation des sols, l'agriculture et la production alimentaire durable qui comprend la plantation de haies vives de légumineuses sur courbes de niveau et les cultures intercalaires. C'est une option rentable et simple qui a pour but d'augmenter la productivité des terres de montagne tout en combattant l'érosion du sol. 

L'application des techniques d'agriculture sur terre en pente (TATP) répond à une nécessité d'apporter des réponses pratiques à la dégradation des sols due à l'érosion, la faible fertilité des sols et à la protection du bassin versant de la zone considérée.

Les TATP ont la faculté de transformer une parcelle en pente en une unité hautement  productive et de contrôler l'érosion des sols le long des pentes, en améliorant leur fertilité et en augmentant la disponibilité des fourrages pendant la saison sèche.

Cette fiche technique explique comment établir un système TAPT dans les zones des parcelles de pentes.

 

Pages