Climate change and disaster risk reduction

This category contains 164 resources

Mejorando la resiliencia de drenajes y sistemas de riego para la Gestión de Riesgos en Shandong, China

El Municipio Qilin (Cantón Juye) se encuentra al sur oeste de la Provincia de Shandong y cuenta con una población de 65,000 habitantes. Las localidades que se encuentran bajo la jurisdicción del cantón Juye se encuentra en una llanura aluvial, parte sud del Río Amarillo. Las inundaciones y sequías son frecuentes entre los meses de julio y agosto. La falta de mantenimiento y rehabilitación del sistema de drenaje e infraestructura de irrigación se adicionan a las formas de tenencia de tierras, así como las actividades humanas que han causado daños severos a la infraestructura comunal de drenaje. Como consecuencia, la rersiliencia del sistema de drenaje ante inundaciones es baja, con estos fenómenos dejando graves perdidas economicas a los campesinos en las comunidades bajas del municipio Qilin.

Les Techniques d'Agriculture de Conservation dans les zones rurales d'Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

L'application des techniques d'agriculture de conservation répond à une nécessité d'apporter des réponses pratiques à la dégradation des sols, la faible fertilité des sols, et à la protection des bassins hydrographiques de la zone considérée. Les objectifs de cette technique sont de conserver, d'améliorer et de faire un usage plus efficient des ressources naturelles à travers la gestion intégrée des sols, de l'eau et d'autres ressources disponibles. Cette fiche technique décrit les trois principes de l'agriculture de de conservation en réponse à l'adaptation à la sécheresse, aux changements climatiques en particulier aux variations de la température et de la pluviométrie. Sa principale caractéristique est la régénération des sols plus rapide de sorte que l'intensification de la production agricole soit économique, écologique et socialement durable. Elle repose sur trois principes de base:

  1. La rotation ou association de cultures
  2. Le zéro labour ou labour minimal
  3. La couverture permanente du sol

Prácticas tradicionales de jardines flotantes para la producción de hortalizas en Bangladesh

El presente documento es una traducción de la versión original en inglés (http://teca.fao.org/read/8867). La práctica del jardín flotante es un sistema de producción indígena local de mayor éxito en los humedales, áreas sumergidas e inundadas de los distritos seleccionados del sur y sur-oeste (Pirojpur, Barisal y Gopalganj) de Bangladesh. Las prácticas agrícolas de jardín flotante han sido adoptadas por los agricultores locales desde hace casi dos siglos. Esta tecnología se describe en detalle cómo construirla y gestionar estos jardines para la producción de diferentes cultivos (hortalizas y especias).

Cultures intercalaires, cultures en couloirs et barrage de haies, pour la protection des sols contre l'érosion.

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

La surexploitation de la végétation et la réduction du temps de jachère ont fragilisé les sols superficiels et donné naissance au ruissellement. Les haies vives, structure végétale linéaire associant arbres, arbustes et arbrisseaux, sont entretenus pour former une clôture entourant une unité foncière, ou pour constituer un abri à une faune locale et une flore spécifique formant un biotope particulier. Cette fiche technique explique les avantages à tirer de l'exploitation des terres en plaçant les espèces à cultiver en couloirs de manière à réduire au mieux les effets désastreux liés au passage des vents et aux effets néfastes des précipitations et l'érosion des terres en pente. Cette pratique favorise une meilleure circulation au niveau des parcelles en ce qui a trait aux soins à donner, à l'entretien des parcelles et même jusqu'à la récolte.

Techniques de mise en oeuvre des systèmes agroforestiers en Haiti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

L'Agroforesterie englobe les systèmes d'utilisation des terres dans lesquels les arbres et les arbustes sont volontairement cultivés, en association avec les cultures saisonnières ou pérennes, sur des terrains utilisés pour la culture et/ou l'élevage. Les systèmes agroforestiers sont donc très variés. Des exemples communs en Haïti sont la plantation de ligneux sur les terres cultivées, le brise-vent, notamment le rideaux-abris et la plantation d'arbres de lisière.

Le niveau de conservation de la biodiversité au sein des systèmes agroforestiers est remarquable. Les études comparatives de la biodiversité végétale en agroforesterie et dans les forêts primaires montrent que globalement l'agroforesterie permet de conserver 50% de la biodiversité forestière végétale et animale.

Les systèmes plus connus sont:

  • l'agrosylviculture, qui désigne les systèmes d'association de l'agriculture et de la foresterie; 
  • le sylvopastoralisme, qui combine la production forestière et l'élevage;
  • l'agrosylvopastoralisme, quant à lui, est une combinaison de la production agricole, la production forestière et la production animale.

C'est un système qui peut être utilisé pour réduire les effets des éléments sur les sols, qui aide à rétablir la fertilité des sols, pour réduire la vulnérabilité face aux changements climatique. Il constitue un modèle original et efficace de gestion durable et rentable des ressources forestières, entièrement imaginé et pris en charge par les populations locales. L'agroforesterie est plus qu'une collection de ressources génétiques.

L'agroforesterie favorise également la capacité des sols à contenir l'eau des pluies. Pour tout utile qu'elle soit au oeur du défi de la gestion de l'eau, l'agroforesterie n'est pas un remède miracle. Elle doit être couplée à d'autres techniques permettant de capter les eaux de ruissellement à l'instar des cultures associées, en travers de pentes ou encore les structures antiérosives. La combinaison étudiée de ces différentes méthodes contribuera à renforcer la résilience des surfaces agricoles aux vagues de sécheresse.

Cette fiche technique décrit: 

  • L'importance d'un système d'agroforesterie dans la gestion de l'eau, la lutte contre la sécheresse, l'adaptation aux changements climatiques et le maintien de la biodiversité;
  • Les différents types de systèmes agroforestiers rencontrés en Haïti;
  • Les techniques de mise en place d'un système agro-sylvicole;
  • Les contraintes à l'application de la technique.

La construction des citernes en plaques de béton pour l’usage domestique et la production maraichère en zones de montagnes humides, Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique:  le contenu est sous révision et pourrait être modifié.  La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

Le manque d'eau est une contrainte importante pour les populations de montagnes humides en l'Haïti  Le stockage d'eaux de pluie offre une solution aux grands problèmes de sécheresse prolongée et de manque d'eau extrême confrontés par les communautés des zones de montagnes humides pour la consommation, ou pour l'usage domestique.

Les citernes en plaques de béton sont un type de citerne cylindrique semi-enterrée qui a été mis au point par des maçons du nord-est  semi-aride du Brésil et s’est étendu dans toute la région de l'Ouest et du Sud Est de l'Haïti. La durabilité et leur coût modeste font d'elles des constructions adaptées pour le captage et le stockage des eaux de pluie spécialement dans les zones montagneuses et rurales sèches où les habitats sont très dispersés. La citerne recueille toutes les eaux des pluies qui tombent sur les toits des demeures situés autour de la citerne qui sont connectées à la citerne.

La quantité réduite de matériaux utilisés et l'importance des travaux manuels non spécialisés font également de ce type de citerne un investissement adapté aux situations des plus pauvres.

Cette fiche technique explique en détail toutes les instructions nécessaires à la construction d’une citerne en plaques de béton.

Les Techniques d'Agriculture sur Terres en Pente (TATP) en Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique:  le contenu est sous révision et pourrait être modifié.  La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

En Haïti, selon les rapports du  Ministère de l'Environnement, la dégradation des sols sur les montagnes due à l'érosion affecte 90% des terres cultivées en amont comme en aval. Dans ce contexte où les terres en pentes sont érodées il est nécessaire d'introduire de nouvelles technologies et pratiques agricoles appropriées pour freiner ce processus. Les techniques agricoles pour les terres en pente (TATP) sont un ensemble de technologies proposées pour la conservation des sols, l'agriculture et la production alimentaire durable qui comprend la plantation de haies vives de légumineuses sur courbes de niveau et les cultures intercalaires. C'est une option rentable et simple qui a pour but d'augmenter la productivité des terres de montagne tout en combattant l'érosion du sol. 

L'application des techniques d'agriculture sur terre en pente (TATP) répond à une nécessité d'apporter des réponses pratiques à la dégradation des sols due à l'érosion, la faible fertilité des sols et à la protection du bassin versant de la zone considérée.

Les TATP ont la faculté de transformer une parcelle en pente en une unité hautement  productive et de contrôler l'érosion des sols le long des pentes, en améliorant leur fertilité et en augmentant la disponibilité des fourrages pendant la saison sèche.

Cette fiche technique explique comment établir un système TAPT dans les zones des parcelles de pentes.

 

Le paillage (ou mulching) au Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

Le paillage (ou mulching) est le processus de recouvrement de la terre arable avec du matériel végétal tel que des feuilles, de l'herbe, des brindilles, des résidus de récolte, de la paille, etc. La couverture de mulch (ou paillis) accroît l'activité des organismes du sol et surtout celle des vers de terre. Les vers de terre contribuent à la bonne structure des sols car ils forment de nombreux tunnels de différentes tailles au travers desquels peut facilement s'infiltrer l'eau de pluie, réduisant ainsi les ruissellements de surface. De plus, étant donné que le paillis est issu de matière végétale, il est décomposable et il permet donc d’augmenter la teneur en matière organique des sols.

Cette fiche technique explique comment une bonne pratique comme le paillage peut contribuer à créer une bonne terre avec une structure stable à partir de la matière organique accumulée sur les parcelles au niveau de certaines exploitations agricoles en Haiti. Il joue un rôle important dans la rétention de l'humidité en surface et des particules fines du sol tout en valorisant les résidus post récolte et en renforçant les effets préventifs de l'érosion des sols en pente.

Les retenues collinaires pour la production de maraîchage en Haïti

Ceci n'est pas la version finale de cette fiche technique: le contenu est sous révision et pourrait être modifié. La version finale sera disponible après validation technique vers le 30 août 2017.

Les retenues collinaires sont de petits ouvrages, généralement en terre, qui recueillent les eaux de ruissellement de bassins versants dont la superficie varie de quelques hectares à quelques km2 et qui ont une capacité de 0,5 à 3 millions de m3. Implantés dans des environnements fragiles et à faible activité économique. Les retenues collinaires sont des aménagements très innovants, susceptibles de transformer profondément les systèmes de production agricoles traditionnels.

Á Montagne La Voute, 6ème section communale de Jacmel, la mise en place dans les années 2008-2009 de 4 retenues collinaires dans les localités de Néron, Collini et Bwa koupe, permet actuellement de cultiver toute l'année dans des zones où seule l'agriculture pluviale était possible. Elles permettent également de cultiver des cultures de rentes (maraîchères) exigeantes en eau. Elles génèrent d'autres activités notamment la pisciculture, une source de revenu complémentaire pour les agriculteurs. De même elles induisent chez les agriculteurs un changement de comportement social face à l'eau, une ressource naturelle rare et vitale.

Bien que le coût de construction d'un retenu collinaire soit exorbitant (3 500 000 gourdes pour un ouvrage pouvant retenir 1 à 1,4 million m3 d'eau, le coût des études préparatoires n'étant pas inclus), les retenues collinaires sont une alternative pour mettre à disposition de l'eau dans une communauté pendant une longue période de sécheresse et pour réapprovisionner la nappe phréatique.

Cette fiche technique explique:

  • comment la présence de retenus collinaires peut aider à une meilleure disponibilité de l'eau dans une communauté pour différents services (agriculture, élevage, pisciculture, lessive, etc.);  
  • comment la présence de retenues collinaires peut aider à faire face aux longues périodes de sécheresse;
  • de façon superficielle la démarche pour la mise en place de retenus collinaire sans entrer dans spécificités techniques de leur construction.

Figure 1 : Retenue collinaire à Bwa koupe, section communale Montagne La Voute, Jacmel

Introduction of silvopastoral systems for cattle raising to sustainably provide fodder to animals in drought periods in Bolivia

This technology describes the introduction of silvopastoral systems in the dry flats of the Chaco eco-region of Bolivia as a good practice to increase the resilience of cattle raisers to recurrent drought.
Silvopastoral systems are a combination of trees, pastures, and livestock. Trees contribute to increased pasture productivity, at the same time they provide a natural shelter to animals. Livestock also benefits from this good practice, especially during the prolonged drought periods when pasture is otherwise generally scarce and mortality rates increase significantly.
This technology briefly introduces the concept of silvopartoral systems and presents a cost-benefit analysis of the practice compared to normal practices for raising cattle.

Pages