Pourquoi et comment fabriquer son pressoir à miel?

Cher(e)s members du forum,
 
Participez à la première discussion francophone du groupe d’échange apicole de l’année 2017 ! 
 
Les ruches traditionnelles (exemple : modèle Rwandais, modèle d'Oman,...) et les ruches à barrettes (type KTBH) représentent la grande majorité des ruches utilisées en Afrique. Dans le Kivu (RDC), par exemple plus de 90% des apiculteurs utilisent des ruches traditionnelles longiformes à rayons fixes. Il n’est pas rare également de rencontrer des apiculteurs au Cameroun possédants plus d’une centaine de ce type de ruches.
 
Lors de nos précédents échanges sur l’extraction du miel, divers techniques d’extraction et outils ont été proposés et décris de la plus simple à la plus complexe : 
  • Egouttage à petite et grande échelle ; 
  • Pressage à la main  ;
  • Utilisation d’un broyeur et d’un pressoir mécanique (verticale, horizontale,…) ;
  • Extraction par centrifugation (pour les ruches à cadres).
 
Pour les apiculteurs amateurs qui agrandissent la taille de leur exploitation, le pressage à la main et l'égouttage dans un seau n’est en effet plus suffisante. Afin d’améliorer leurs pratiques, le pressage avec un pressoir mécanique peut être proposé. Mon intérêt pour cette discussion provient des demandes reçues de certains de nos confrères souhaitant professionnalisé leur exploitation apicoles sans devoir nécessairement changer leur modèle de ruche. L’idée est également que l’investissement ne soit pas trop élevé et que les apiculteurs soient le plus autonome possible afin de ne pas dépendre de matériaux couteux provenant de l’extérieur. 
 
Il existe différents modèles : en bois, en metal, en ronde ou encore en carré.
La taille du pressoir est très importante et dépendra principalement de la taille de l’exploitation apicole (ou du nombre de ruches par rucher). De nombreux autres facteurs sont également à prendre en compte pour la fabrication et l’utilisation d’un pressoir tel que : le choix des matériaux, la technique et le temps de pressage, le rendement d’extraction et le nombre de pressage possible par jour, etc. C’est sur ces éléments que nous allons échanger nos expériences. 
 
Mais tout d’abord : “Comment utiliser un pressoir ? Quelles sont les avantages et inconvénients,…?” Je vous invite à démarrer les échanges en essayant d’apporter des éléments de réponse aux questions de cette 1ère phase de discussion : 

Utilisation du pressoir pour la récolte de miel : 

  • Avantages et inconvénients du pressage (qualité)?
  • Faut-il placer les rayons entiers ou les rayons préalablement découpés ou broyés dans un seau ?
  • Rappel des bonnes pratiques d’hygiène à respecter 
  • Quel est le temps de pressage permettant d’obtenir de meilleurs rendements ?
  • Que faire avec les résidus de cire comprenant encore du miel
  • Quelle taille de pressoir utilisé ?
 
La discussion va débuter dès ce jeudi 09 février avec la description d’un modèle de pressoir de base. Partager votre expérience et vos interrogations sur le sujet.
Cette discussion est ouverte à toute personne intéressée par le secteur apicole. Merci de brièvement vous présenter lors de votre première intervention, ainsi que d'utiliser un vocabulaire simple et détaillé afin que même les non-praticiens souhaitant se lancer en apiculture puissent intervenir.
 
Nous aborderons ensuite les aspects techniques liés à la fabrication d’un pressoir lors du lancement de la 2ème phase : fabriquez votre propre pressoir !
  • Partage de plans et modèles de presse
  • Comparaison entre différents modèles
  • Partage d’expériences testées sur le terrain, conseils,…
  • Quels matériaux choisir : avantages et inconvénients ?
 
Je vous remercie d’avance de votre implication ! 
Elsa

Comments

Bonjour,

Elsa, vous faite allusion à la pose d'un tissu pour y déposer le miel broyé et ensuite presser l'ensemble, je connais bien ce système qui est encore pratiqué même chez nous, c'est une solution fastidieuse qui peut éviter une filtration mais il reste quand même du miel dans la cire une fois l'opération terminée. J'ai supprimé ce système depuis longtemps pour mettre directement les rayons broyés au broyeur à pommes et je presse directement  sur une première filtration que suit une deuxième avec un filtre plus fin, c'est plus rapide  et la cire et mieux égouttée.

Dans ce domaine il n'y a pas de règle absolue, le principal est d'obtenir un miel propre de qualité et bien présenté à la vente.

                                                                                                                                          J.TURCHET

Bonjour à tous!

Un tout grand merci Serge pour ces informations supplémentaires ainsi que pour la photo.

Je vois que vous ne placez pas de tissus/filtre dans le cylindre de la presse. N’y a-t-il pas trop de cire qui passent ? Les trous risquent rapidement de se boucher et ralentir le pressage.

  • Mettre une étamine (tissus filtrant) permet déjà une bonne première filtration du miel. Il est en effet important, comme le rappelle Jacques de bien le filtrer (une seconde fois si nécessaire), afin que le miel soit séparé totalement de toute impureté notamment des morceaux d’abeilles mortes, des particules de cire,… Placer une étamine, facilitera également la récupération de la cire et le nettoyage de la presse.
  • Jacques ne juge pas nécessairement utile d’en utiliser une, tant que la filtration est correctement faite par la suite… A vous de réaliser vos propres tests et de choisir ce qui est le plus facile et le mieux adapter à votre situation  !

Un conseil que je pourrais transmettre à nos lecteurs est de bien prendre le temps ! Le pressage doit se faire lentement afin de ne pas perdre du miel emprisonné dans des amas de cire. Si le pressage est bien fait, la cire que l’on retrouve dans l’étamine après pressage est presque sèche, comme illustré dans la vidéo transmis du pressage du miel dans un pressoir en carré.

Serge pouvez-vous nous communiquer le diamètre et le volume du cylindre du pressoir ? 5, 7,5 ou 10 litres ? Combien de rayons operculés de miel arrivez-vous à extraire en une fois ?

 

 

Je reviens vers vous concernant la taille du pressoir. Il existe en effet des pressoirs de 5, 10, 20 ou encore 30 litres.

Quel volume de pressoir conseilleriez-vous à un apiculteur ou association apicole ayant :

  • 10 ruches ?
  • 50 ruches ?
  • 100 ruches ?

Merci pour vos conseils.

Elsa

Bonjour à tous,
Je veux dire que personnellement, j'utilise un petit pressoir à miel donc le cylindre est de 21 cm de diamètre sur 24 cm de hauteur capable de presser 5 l de miel par tour lorsque les rayons de cire sont encore blanc.
Aussi, je pose directement le tamis et tissu filtre au dessus du maturateur lors du transvasement.
Je pense aussi que des pressoirs plus gros doivent être utilisés dans des grandes exploitations apicoles.
Des pressoirs à cliket ou hydraulique peuvent être aussi conçus pour l'extraction des grandes quantités de miel ,ce qui réduirait l'effort physique de l'homme.
Bien à vous !!!

Chers Membres apiculteurs experts ou amateurs, chers lecteurs,

 

Je pense que nous avons bien échangé sur les aspects liés à l’utilisation d’un pressoir à miel et je vois qu’il n’y a plus de questions à ce sujet ! Quelques modèles ont déjà été partagés. C’est le moment de passer à la 2ème phase de la discussion liée aux aspects techniques et à la fabrication d’un pressoir !

Fabriquez votre propre pressoir !

  • Partagez vos plans et modèles de presse
  • Comparons les différents modèles
  • Partagez vos expériences de terrain, conseils,…
  • Quel modèle et matériels choisir ?

Vous souhaiteriez fabriquer votre propre pressoir ? : Inscrivez-vous gratuitement sur le forum afin de poser vos questions.

Nous avons besoin d’experts ! Vous avez déjà fabriqué une presse ? Ou connaissez-vous des personnes pouvant guider nos lecteurs dans la fabrication de leur propre pressoir ? Merci de vous inscrire sur le forum si ce n’est pas encore fait, afin de partager votre expérience !

Merci de transférer le lien à vos personnes de contact !

Au plaisir de vous retrouver sur le forum

​Elsa

Bonjour Elsa,bonjour à tous,

Notre apiculture a besoin que chaque apiculteur se dote du petit matériel adéquat de base pour le plein épanouissement de son projet en attendant de s'associer à d'éventuelles associations apicoles qui pourraient de créer dans son environnement.
Mais,personnellement, je milite pour que la fabrication de matériel apicole soit confiée aux artisans spécialisés,des vrais artistes ,ceci pour éviter que le matériau utilisé ne sorte des normes.
Nous savons déjà que le pressoir est constitué :
- D'un socle
- D'une tige filetée
- D'un écrou long fixé à la manette
- D'un cylindre en bois dont les barrettes son fixées sur deux ceintures en acier,ou d'un cylindre en acier inoxydable.
- Des pattes ou support.
Au final,tout dépend de la qualité des métaux utilisés dans le processus afin d'éviter d'éventuels dépôts de particules lourdes dans le miel.
Bien à vous....
-

Bonjour à tous,

Effectivement, le choix des matériaux utilisés pour la fabrication de pressoir est très important. On retrouve des pressoirs en bois ou en métal.

Il ne faut pas que le métal choisi ait un impact sur la qualité du miel et la santé humaine. Car il est possible que des éléments métalliques dangereux pour la santé migrent, c’est-à-dire, se détachent (de façon invisible) pour se retrouver dans le miel, tel que du Plomb, du nickel, du zinc, du Cuivre, etc qui sont des métaux lourds !

Les pressoirs métalliques vendus dans le commerce sont fabriqués en acier inoxydable et répondent aux normes pour le contact avec des aliments. L’acier inox est un alliage d'acier, dont la propriété est d'être peu sensible à la corrosion et à la rouille. Il est donc idéal pour la fabrication d’un pressoir. Par contre, il doit être très coûteux et difficile à trouver au niveau local.

Peut-être existe-t-il un équivalent disponible sur place ? Qu’utilisez-vous en Afrique pour fabriquer des contenants alimentaires en métal ? Avez-vous une idée ?

Sinon, je pense que plus simple, le moins cher et disponible est le mieux : le bois !? Une raison de plus pour sensibiliser les apiculteurs au reboisement !

--> Quelles seraient les caractéristiques idéales du bois pour la fabrication d’un pressoir ? Bois dur, ne se déformant pas ? Avez-vous des conseils et des exemples à transmettre concernant le choix des essences forestières ?

 

Claire CLEMENT SECK's picture

Bonjour,

Au Sénégal, pour ma part je préfère travailler avec un broyeur et égoutter ensuite le broyat, mais j'ai aussi travaillé avec des presses en métal, de type presse à huile d'arachide fabriquée au niveau locale.

Pour moi le seul avantage c'est qu'on peut les faire construire localement et que c'est une méthode très rapide mais... les inconvénients :  

  • très lourd,
  • difficile à nettoyer,
  • pas en acier inox et comme dit Elsa, le choix du métal est très important : le miel acide réagit avec le métal, c'est donc moins bon pour la qualité du miel et ces presses locales sont souvent peintes avec de la peinture à l'huile, qui s'écaille avec le temps, se retrouve dans le miel et donc ce n'est pas bon non plus pour la qualité du miel!
  • Les mauvaises finitions ne facilite pas la manipulation manipuler, demande beaucoup de force pour presser et ensuite récupérer le gateau de cire piegé au fond.

Les presses en acier inox ou en bois sont à privilégier je pense. Point de vue fabrication, peut-être que l'expertise dans la fabrication de pressoir dans les autres pays d'Afrique est meilleure? Merci de partager votre expérience à ce sujet!

Au plaisir de vous lire!

Bonjour,

Templeton press

  1. www.youtube.com/watch?v=4MnzWew5Awk
  2. www.youtube.com/watch?v=gnu0UGxnJWA
  3. www.youtube.com/watch?v=pc5FGrbICLo

Les plans sous sketch up :  

https://3dwarehouse.sketchup.com/model/b9c1597d0099e8fd33bf0eea2b154a39/...

C'est un modèle traditionnel utilisé dans les landes a callune en Allemagne pour le miel et la cire.Le modéle Templeton permet d'extraire jusqu'a 300 kg de miel jour. Les Allemands utilisait un modéle  quatre fois + grand.

Le pressoir horizontale est une technologie plus adapté a l'apiculture.Sa réalisation est simple avec des matériaux locaux. Le seul  élément technologique est la vis principale qui peut etre une tige filetée ordinaire M 20 et +.L'ensemble de la carcasse est a la portée de tous menuisier. Allez sur le net et you tube ,vous y trouverez toutes les informations necessaires.

Pour notre part nous realisons ce type de pressoir sur le modéle sketch up avec vis trapéze ,type etabli pour un prix de revient matiere autour de 150 €

 

Chers lecteurs, 

J’ai le plaisir de vous présenter un petit modèle de pressoir en bois transmis par Daniel Isorez, apiculteur belge ayant travaillé dans différents pays en Afrique. 

C’est un pressoir d’une assez petite capacité : pressage de 2 à 3 rayons de miel operculé en une fois. Elle conviendra très bien à des apiculteurs possédants quelques ruches. Je n’ai pas de dimensions à vous transmettre mais Daniel m’a précisé que ce pressoir est très simple à fabriquer. Il ne demande pas beaucoup de bois, il suffit de bien observer les photos et d’être un peu bricoleur. N’hésitez cependant pas à poser vos questions, je ne manquerai pas de lui transmettre !

Bien à vous.

Images: 
Attached files: 

Pages