Fabrication d’un cérificateur à vapeur artisanal

Resumen

La cire est un produit de la ruche obtenu soit par récupération des vieilles cires lors du changement des cadres usés soit par les opercules lors de la désoperculation des cadres de miel lors d'une récolte. La cire est produite par les jeunes abeilles chargées des travaux de la construction au sein de la ruche. Pour assister le travail des bâtisseuses, l'apiculteur peut insérer des cadres garnies avec de la cire gaufrée ou déjà bâtis. Ce procédé permet aux abeilles de gagner du temps. Pour obtenir de la cire gaufrée il faut extraire la cire, la fondre et ensuite la gaufrer. Cela peut se faire avec la cire produite par l'apiculteur mais aussi avec celle achetée à une autre producteur apicole. Le mieux est de toujours s'assurer de la provenance de la cire, de connaître le rucher d'où elle vient, les procédés de transformation qu'elle a subit, etc... Il est important de connaître ces éléments car la cire va constituer la structure au sein de laquelle seront élevées les larves de toute la colonie, ce sera également le premier contenant du miel. Ainsi une cire contaminée, par exemple avec des traitements chimiques, sera directement en contact avec du couvain et du miel qui à leur tour s’imprégneront de ces contaminants. Cela peut notamment entraîner des problèmes pour les consommateurs, c'est pour cela qu'il est important d'utiliser des cires de provenance connue et produite en suivant de bonnes pratiques.

Comentarios

Deux réflexions: 1- on récupère très peu de cire en fondant de vieux cadres. L'intérêt ses situe au niveau de la récupération de la cire d'opercule. 2- il est toujours aujourd'hui très difficile de vérifier la provenance des cires du commerce puisqu'il n'y a pas réellement de traçabilité.

Bonjour à tous,
Le problème de traçabilite des produits apicoles reste un sujet d'actualité.
Concernant la fonte de cire, il est nécessaire de promouvoir le développement des cerificateurs artisanaux, cela ferait du bien aux apiculteurs.
Selon mon constat, je trouve que les cerificateurs solaires que nous possédons ne sont pas très efficaces et prennent trop de temps.
Bien à vous !!!

Buongiorno
concordo con il problema della tracciabilità sanitaria della cera..
Per quanto attiene invece all'estrattore con vapore credo che esista l'inconveniente che la cera fusa possa colare sui fori di uscita del vapore, otturandoli. Suggerirei una
modifica, una piccola tettoia che copra tutto il tubo forato che permetta l'uscita del vapore ma non l'ingresso della cera fusa. Buon lavoro Giuseppe

Estimados Agnes, Guiseppe y Sergio,

Agnes: nosotros obtenemos entre 850 a 900 gramos de cera por cada 10 marcos fundidos lo cual no es menor pues el kilo de cera estampada se compra en unos 10USD aproximadamente. y por kilo de cera salen 14 láminas, en contraste de los 2,8USD por kilo de cera que es el servicio de estampado que cobran algunos apicultores, en la economía nuestra eso es bastante. Claro que si el marco esta roído por ratones o polillas ese valor disminuye mucho.

Guiseppe: estoy deacuerdo, algunos apicultores se les ha tapado el tubo de vapores y la salida de cera por lo cual han extendido una malla metálica (con orificios de 2-3 mm) para retener las impurezas e impedir que se tapen los orificios y obtener una cera más pura (ver linea roja en el diagrama abajo).

Serge: concuerdo totalmente con lo que señala de trazabilidad, pues lo único que hoy se pesquisa con mediana seriedad es la miel pero la cera es fundamental, pues es la cuna de las crías y el primer envase de la miel y se les atribuyen sus residuos como causantes de varios problemas en las abejas.

Un saludo,

Camilo

Red Apicola Nacional (RAN), Chile

Agregar comentario

Inicie sesión o regístrese para comentar